Adrienne Surprenant

Mvouri Festival
Mvouri Festival

Adrienne Surprenant

80.00

15/02/2018 Région de l'Adamawa, Cameroun.

Oumarou Alim, 63 ans, père de 19 enfants, regarde le paysage depuis le rocher Lààcun, au sommet du mont Djim, où ses ancêtres Nizà'à se sont cachés pour combattre les Peuls et la colonisation allemande de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle.

"Il contient les traces de ceux qui nous ont précédés, dit Oumarou. C'est pourquoi j'ai transmis la connaissance du mont Djim à mes enfants. Chaque fois que je veux me sentir proche de mon histoire, j'y vais." Depuis son enfance, il connaît les grottes et les structures rocheuses de granit qui ont permis à ses ancêtres de résister sans armes à feu et sans chevaux à leurs ennemis.

Le rocher Lààcun est l'endroit où les traîtres ont été décapités et jetés en bas de la colline. Selon Oumarou, la femme de l'un des résistants Wànn tressa ses cheveux à un arbre, pour permettre sa capture par l'ennemi allemand. Le Wànn a été protégé et a survécu à leurs balles. Après trois jours, il a exécuté sa femme, qui est devenue la première Nizà'à à être jugée sur le Lààcun. On dit que les marques blanches sur la roche sont les traces de sang laissées par la punition.

En descendant la colline, toute la magie semblait avoir disparu d'Oumarou, comme s'il ne vivait vraiment que sur cette montagne, au milieu de la mémoire de son peuple et de leur courageuse résistance.

Quantity:
Add To Cart