Mères avant d'être femmes

Au milieu des sombres paysages volcaniques de Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo, quelques maisons colorées abritent une communauté de jeunes filles rescapées d’agressions sexuelles. Entre elles, ces adolescentes âgées de 14 à 19 ans apprennent à être mère d’un enfant qu’elles n’ont pas voulu tout en essayant de se reconstruire et de surmonter leurs traumatismes.

Dans la province du Nord-Kivu, appauvrie à l’extrême par 20 ans de conflits armés, viols de guerre, relations forcées ou pré-maritales sont monnaie courante. Près d’un quart des filles de 15 à 19 ans ont déjà donné la vie. Une fois enceinte, ces adolescentes sont souvent rejetées par leur communauté et chassées par leur famille.

Au cours des deux dernières années, je me suis rendue dans différentes structures qui aident les filles-mères au cas les plus graves. Parmi elles, la maison Marguerite, qui loge, éduque et donne une formation professionnelle à deux douzaines de filles dans le but de les émanciper. Ou encore l’hôpital Heal Africa, dont un programme de jour apprend la couture et l’artisanat à des victimes de viols.

Ces activités permettent à ces mères adolescentes de se reconstruire, de retrouver une communauté, et finalement d’être préparées aux contraintes d’une nouvelle vie de femme dans la société congolaise.

*Pour préserver leur anonymat les prénoms des filles ont étés modifiés dans mes légendes